Accueil Micro-trottinant Bébi Philip et les réseaux sociaux : « Souvent se taire aussi, ce n’est pas bon »
Micro-trottinant - mai 8, 2020

Bébi Philip et les réseaux sociaux : « Souvent se taire aussi, ce n’est pas bon »

Mister Bébi Philip, l’artiste du peuple, arrangeur, chanteur, auteur compositeur a été l’invité de la rubrique #MicroTrottinant de l’émission télé dédiée aux réseaux sociaux, #AmiNet, du 8 mai 2020. Et il a répondu à nos questions.

AmiNet : Vous êtes engagé en ligne pour combattre la piraterie et le téléchargement illégal

Bébi Philip : C’est dû au fait de tout ce qu’on constate au quotidien via les réseaux sociaux, tout le monde est bon derrière son écran,  tout le monde est sain et tout le monde pense agir comme il se doit.

Et moi en tant qu’artiste,  c’est une manière d’attirer l’attention des autres artistes et essayer de réveiller le côté honnête en chacun de nous en présentant les réalités.

Ça me plait parce que je me rends compte que mon combat a porté des fruits si aujourd’hui vous êtes venu m’interviewer.

 En gros, c’est pour dire qu’il faut que les mélomanes, ceux qui consomment la musique, les œuvres artistiques, consomment légalement ces œuvres là parce que c’est de là que les artistes vivent de leurs arts.

AmiNet : Le cas Dj Arafat…

Bébi Philip : Je me suis prononcé lors du décès de feu dj Arafat sur ce qu’il a vécu. Ce qu’il a vécu moi j’ai tout de suite dit que c’est le manque de présence des fans qui a occasionné beaucoup de choses dans sa tête. Et ça arrive à tout le monde.

Tu ne peux pas faire des concerts, sortir un album et ceux qui te disent des « gbé » ne vont pas payer pour venir te voir, ne vont pas acheter.

Moi comme je suis vrai, j’essaie de sonner un peu l’alarme. Sinon on sait qu’aujourd’hui il n’y a pas mal d’artistes qui ne montrent que le bling, que le swag.

Mais ce n’est pas ça le plus important, parce qu’il y a des talentueux qui ont besoin de vivre de leur art.

AmiNet : On constate que vous réagissez parfois aux insultes sur votre page

Bébi Philip : Je suis dans une optique de ne pas laisser passer ce qu’on voit. Je ne fais pas cela pour me montrer.

Je le fais pour faire comprendre aux gens que tout n’est pas utile à dire, tout n’est pas utile à faire. C’est une parole biblique.

Quand tu ne vas pas édifier,  faut pas venir déranger, parce que ce n’est pas tout le monde qui a cette même force d’esprit. Donc en faisant cela je montre, je donne l’exemple.

Je dis Voici ce qu’il faut faire, voici ce qu’il ne faut pas faire. Certains comprendront, d’autres ne seront pas d’accord. C’est la vie. C’est juste que souvent se taire aussi, ce n’est pas bon,  il faut montrer le chemin.

 AmiNet : Quelle place donnez-vous au digital aujourd’hui?

Bébi Philip : Le digital c’est un élément catalyseur dans la communication parce qu’on ne peut rien sans le digital. Depuis bien d’années les artistes ne font presque plus sortir de CD quand ils font des singles. Tout est vendu sur iTunes, en streaming sur les sites d’écoutes de musique, d’où l’importance du digital.

 La suite bientôt dans la vidéo qui sera publiée sur notre chaine YouTube : CLIQUEZ ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

#RevenTIC : Le cri de cœur d’un déplacé au Président du Faso

Pour mieux comprendre le ressenti de ce déplacé interne de Kongoussi, il faut l’écou…