Accueil L'actualité vue par Narcis'K Pour être Miss en Côte d’Ivoire désormais, il faut payer !
L'actualité vue par Narcis'K - février 17, 2020

Pour être Miss en Côte d’Ivoire désormais, il faut payer !

Comme « tout change, tout évolue », alors rien ne sera plus comme avant au Comici (Comité Miss Côte d’Ivoire). Avant, pour être une prétendante à la couronne de la reine de la beauté ivoirienne, il suffisait juste d’être belle, d’être informée de la date des présélections et attendre tranquillement en affûtant ses armes de séduction. C’était ainsi pendant plusieurs décennies et des Miss comme Marthe Niankoury (1956), Muriel Edoukou (1989), Aïcha Rami Kéita (1997), Linda Delon (2000), Mandjalia Gbané (2017), Fatem Suy (2018)… n’ont pas eu à débourser un centime pour prendre part à la compétition et gagner.

Mais tout ça, c’est le passé. Pour les futures échéances, chaque candidate devra débourser la somme de 20.000 francs CFA avant d’enfiler les tenues imposées et marcher sur le podium. Oui, le tarif pour affronter le public sélect et le jury de Miss Côte d’Ivoire est désormais fixé à 20.000 francs. Vous avez dit innovation ? Eh oui ! Mais ce n’est pas tout. Ce montant pourrait évoluer et atteindre les 30.000 francs CFA si une éliminée à une présélection donnée décide de prendre sa revanche dans une autre circonscription.

Avis donc à toutes les futures candidates de 2020 et des années à venir… Préparez-vous à passer à la caisse. Car cette décision entre en vigueur à partir de l’édition prochaine. Ce qui est dit, est dit et, selon www.viberadio.ci, c’est le secrétaire général du Comici, le sieur Thierry Coffi qui a donné le “son”. Ce dernier pense même que c’est une bonne idée qui va leur permettre de « ne plus être encombrés afin d’avoir un niveau vraiment qualitatif du concours ».

Personnellement, j’aurais bien aimé avoir l’avis de Tara Gueye (2019) sur le sujet mais à quoi cela servirait-il ? Ce n’est pas elle, la boss du Comici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Gayeri : La toiture du lycée provincial emportée par le vent… Deux salles de classe risquent le même sort

Ces images ont été postées par l’Agence d’information du Burkina qui lance l&r…