Accueil Actu medias sociaux Burkina : Les Réseaux sociaux parlent du groupe électrogène du Président du Faso
Actu medias sociaux - juillet 27, 2019

Burkina : Les Réseaux sociaux parlent du groupe électrogène du Président du Faso

Les réseaux sociaux ont été striés ce 26 juillet 2019 par un bout de phrase : « cotiser pour payer un groupe électrogène pour le Président du Faso ». Une sollicitation qui a fait sursauter bon nombre d’internautes autant que l’information qui l’a fait naître : « le président du Faso n’a pas de groupe électrogène chez lui ». Et certains n’ont pas du tout été tendre avec le ministre, certains trouvant l’information sur le groupe électrogène pas vraie, d’autres s’offusquant de l’idée de la cotisation et enfin, une bonne partie qui trouve la révélation dangereuse pour la sécurité du président du Faso. 

D’abord, une chose est vraie. A l’occasion du GrinBlogueur, une séance d’échanges entre un invité et les membres de l’Association des blogueurs du Burkina (ABB), le 25 juillet 2019, le ministre de l’énergie Bachir Ismaël Ouédraogo a fait une révélation. Le Président du Faso n’a pas de groupe électrogène chez lui. Et « lorsque le courant se coupe », lui aussi subit les affres des délestages.

Ensuite, ce qui n’est pas vrai. Le ministre Bachir Ismaël Ouédraogo n’a pas demandé de cotiser pour acheter un groupe électrogène au Chef de l’Etat. Cette idée est une suggestion « ironique » qu’a faite l’auteur de la publication d’où est parti « l’incendie », Pawindkisgou.

La preuve, l’ABB a fait une mise au point y relative. 

Enfin, c’est vrai, le président du Faso  n’a pas de groupe électrogène chez lui. AmiNet a mené sa petite enquête et il s’est avéré que le Chef de l’Etat n’a pas prévu de relais de ce type lorsqu’il y a coupure de courant. 

Quant à la cotisation pour lui payer un groupe électrogène, il n’est pas certain que le Chef de l’Etat ait dit qu’il n’avait pas les moyens de s’en offrir un. Mais enfin ! 

 

 

 

Voir aussi

#RevenTIC : Le cri de cœur d’un déplacé au Président du Faso

Pour mieux comprendre le ressenti de ce déplacé interne de Kongoussi, il faut l’écou…